«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

 

Médecine et santé

L’hôpital est un lieu de notre société, sans doute le seul, où la finitude des hommes et des femmes (naissance, maladie, vieillesse, mort) se manifeste dans sa totalité. Généralement vécue comme une crise, la maladie marque une rupture et pousse à se poser des questions d’ordre existentiel. Le malade se demande ce qu’il a fait de sa vie, il s’interroge sur le pourquoi de sa maladie, sur l’existence d’un au-delà ou d’un être suprême et sur l’éventualité d’une transcendance.
Pour les soignants la pratique du soin se double alors souvent de la nécessité de répondre aux demandes spirituelles exprimées par les patients : la quête spirituelle comme la pratique religieuse s’exprimant avant tout par la pensée et par la présence.
Mais dans la relation soignants-patients et dans la relation entre soignants, tout lien à la religion est proscrit et exige le respect de la laïcité imposé par la loi : le service public de la santé et ses agents sont neutres.
Mais face à la souffrance, l’avenir, la mort, l’au-delà, le rapport entre médecine et spiritualité a engagé le redéploiement des recherches sur le sens du soin et en particulier du soin palliatif. De sorte que désormais, le rapport laïcité-santé n’est envisageable que dans une juste articulation entre compétences et considération spirituelle de la personne.


Publications récentes

La spiritualité dans le soin

Maladies, graves ou incurables, fin de vie, dans ces moment, l’homme ne peut se soustraire à la finitude, à la quête du sens de sa propre vie et de l’existence en général, ce qui pose la question de la place de la spiritualité dans le soin.

Lire
La clause de conscience du médecin

La clause de conscience reconnue aux médecins est la faculté de refuser de pratiquer un acte médical ou de concourir à un acte qui, bien qu’autorisé par la loi, est contraire à leurs convictions (...)

Lire
Jeûne religieux et alimentation des patients hospitalisés

À l’hôpital, le droit du patient à pratiquer librement son culte lui est reconnue. Cependant certaines pratiques, tel qu’une alimentation spécifique respectant certains préceptes religieux ou encore le (...)

Lire
Peut-on user de motifs religieux pour refuser une autopsie ?

Bien souvent les familles des défunts dans le souci de conserver l’intégrité du corps ou pour des raisons liées à la religion s’opposent à l’autopsie ou au prélèvement d’organe. En France, il existe deux (...)

Lire
Interdiction du port du voile par les agents hospitaliers

Suite à la décision d’un établissement hospitalier de ne pas renouveler son contrat de travail à durée déterminée, une assistante sociale qui persistait à garder le voile avait en dernier recours saisi la (...)

Lire

Une publication SAS Téo Presse, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris. N° SPEL en cours.