«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

 

Médecin et santé

Refus des transfusion sanguines, des consultations masculines, des soins palliatifs, des dons d’organes, le fait religieux s’impose de plus en plus dans la pratique du soin, la guérison des maladies et l’organisation des services de santé (accueil, alimentation, salles de prière, relations homme-femme).
Dans le secteur public hospitalier comme dans celui de la médecine libérale, la prise en compte des croyances par les soignants s’articule autour du respect du patient et des règles de la laïcité. Le fait religieux incite donc autant à la vigilance sur les signes religieux ostentatoires et les patients présentant un profil de radicalisation qu’il invite à respecter la liberté de conscience des malades.


Publications récentes

Projet de loi sur les séparatismes : les médecins délivrant des certificats de virginité seront passibles d’un an de prison et de 15 000 euros d’amende

Pas explicitement annoncé dans le discours du 2 octobre, les mesures de lutte contre les pratiques culturelles non conformes à la loi française seront inclues au projet de loi contre les séparatismes

Lire
Refus de soins pour raisons religieuses, l’exemple des Témoins de Jéhovah

Exemple type de la problématique du refus de soins pour raisons religieuses, le refus de transfusion sanguine par les Témoins de Jéhovah pose de réels cas de conscience aux médecins. Face à ce refus de soins, quelle attitude adopter ?

Lire
La prévention de la radicalisation passe aussi par le médecin

Dans un contexte de menace terroriste, la prévention des phénomènes de radicalisation est primordiale. Cette prévention passe, entre autres, par le signalement d’individus que l’on suspecte d’adhérer (...)

Lire

Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.