«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

  • Publié le 27 août 2018

L’Église de la Libération

Au début des années 60, un certains nombre d’acteurs des sociétés civiles latino-américaines vont s’indigner de la situation sociale de leurs pays marquée par la misère, l’illettrisme et son corollaire : la marginalisation de millions d’individus. Ce front naissant composé de laïcs et de membres de la hiérarchie catholique va accoucher d’une doctrine résolument proche des préoccupations sociales des gauches latino-américaines. C’est la fameuse « option pour les pauvres », véritable leitmotiv de la théologie de la Libération et son Église de la Libération, combattue sous les pontificats de Jean Paul II et Benoit XVI.

Au début des années 60, un certains nombre d’acteurs des sociétés civiles latino-américaines vont s’indigner de la situation sociale de leurs pays marquée par la misère, l’illettrisme et son corollaire : la marginalisation de millions d’individus.

Information réservée à nos abonnés

La consultation de cet article est réservée aux personnes ayant un abonnement en cours de validité.

Vous êtes abonné ?

Nous vous invitons à vous identifier à l’aide du formulaire ci-dessus.

Vous n’êtes pas encore abonné ?

Nous sommes à votre disposition pour vous proposer l’abonnement adapté à vos besoins. Contactez-nous !

Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication SAS Téo Presse, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris. N° SPEL en cours.