«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 17 mars 2020
  • Mise à jour: 20 mars 2020

Quand les épidémies changent l’Histoire

Depuis midi, la France vit un épisode inédit de son histoire : le confinement de toute sa population en raison d’un risque sanitaire majeur pour elle-même mais aussi pour le pays.
Dès la plus haute Antiquité, les civilisations ont dû faire face à diverses flambées épidémiques qui ont souvent duré plusieurs années. Les plus tristement célèbres pour l’Europe sont la peste, le choléra, la variole et le typhus. Accompagnant les famines et les guerres, fluctuant avec les grandes périodes de froid, ces maladies contagieuses ont sévi tour à tour – ou ensemble – apparaissant et disparaissant au gré des siècles. La plus marquante est la peste noire qui a ravagé l’Europe de 1347 à 1352, exterminant entre 25 et 50% de la population, et entraînant de grands changements dans l’économie, la géopolitique et même la religion.
Certain même se sont demandés si les grandes religions n’étaient pas nées avec les épidémies. C’est le cas de David Hughes, biologiste de l’évolution de l’université de Pennsylvanie. Avec deux de ses collègues, il s’est penché sur l’histoire des civilisations montrant ainsi qu’au moment où les premières grandes cités se sont développées, entre 800 et 200 avant J-C, que des épidémies sont apparues, les premières religions modernes sont nées. Selon eux, les religions ont soit poussé les gens à se dévouer pour ceux qui étaient contaminés, soit à fuir l’épidémie. Ils citent en exemple la religion catholique qui encourageait les gens à aider les malades, ce dévouement étant un bon moyen de s’assurer « le paradis ».
Bien entendu, faire le lien entre l’émergence des religions et les grandes épidémies est une hypothèse plutôt audacieuse, l’émergence des religions est à l’évidence un phénomène plus complexe et plus hétérogène.
Ce que ces derniers jours semblent révéler c’est que ce sont les sociétés humaines et leurs choix stratégiques qui entraînent l’apparition de vagues épidémiques. N’est-ce pas la stratégie de la mondialisation industrielle et économique qui est remise en cause aujourd’hui par l’épidémie du Coronavirus ? L’épidémie s’est diffusée en suivant les réseaux de transport et d’échange mondiaux.
La puissance de l’épidémie se confond ainsi avec celle de la mondialisation. Inacceptable.
La possibilité qu’un virus puisse frapper n’importe qui, n’importe quand, au hasard d’une poignée de mains et infecter l’autre d’une maladie ignorée, impensable. Pour beaucoup l’épidémie reste quelque chose d’abstrait.
Cette pandémie survient à brûle-pourpoint du réchauffement climatique. Elle vient de manière inattendue nous rappeler la fragilité de la condition humaine. Si elle réussit aujourd’hui à contrarier ce qu’on avait prévu de vivre, elle est déjà d’après les observations satellites bénéfique pour la terre. Sans doute nous permettra-t-elle une fois de plus de changer l’avenir, l’Histoire. Paradoxalement, en restant simplement chez nous, nous avons commencé !

Evénement
Ouverture aujourd’hui 2 septembre 2020 du procès des attentats de 2015

A la veille de l’ouverture du procès des attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo, l’hebdomadaire satirique a dévoilé la une prévue pour ce mercredi 2 septembre. Comment accueillir cette une, qui acte la republication des caricatures de Mahomet, à l’origine de nombreux scandales en 2005 ? La question est difficile à trancher. D’un côté, le courage du journal est salué, mais d’un autre, on s’interroge sur la portée de cette nouvelle publication qui peut être perçue comme une provocation. Nous espérons en forme d’apaisement que le procès y apportera une troisième réponse, celle d’une condamnation éclairante des raisons de ces actes et juste de ceux qui les ont commis, en mémoire de ceux qui ont perdu la vie lors de ces évènements sans avoir attenté aucunement à celle des autres, ceux qui l’ont perdu pour quoi ? pour çà ...
Olivier Konarzewski

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.