«On ne fait pas d’élection avec des prières »Proverbe québécois

 

  • Publié le 10 septembre 2020
  • Mise à jour: 11 septembre 2020

Pour rénover leur église, certains maires envisagent de concilier le cultuel et le culturel

S’ils s’accordent sur le caractère sacré et patrimonial des édifices religieux, certains élus conditionnent leur rénovation, souvent coûteuse, à une ouverture sur le monde des profanes. Mais l’utilisation des lieux de cultes n’est pas si simple et soumise à certaines règles.

Lieux de prédilection des concerts, atout touristique, l’utilisation des églises est de plus en plus prisées par les communes en mal de fonds pour les rénover. Mais une ouverture sur le monde des profanes n’est pas si simple. Il y a des règles.

Cette information est réservée à nos abonnés

La consultation de cet article est réservée aux personnes ayant un abonnement en cours de validité.

Vous êtes abonné ?

Nous vous invitons à vous identifier à l’aide du formulaire ci-dessus.

Vous n’êtes pas encore abonné ?

Découvrez nos offres d’abonnement. Nous restons à votre disposition pour vous proposer l’abonnement adapté à vos besoins. Contactez-nous !

Evénement
Campagne « J’aime l’info » de Croyances & Villes

Contribuez à notre campagne de dons défiscalisés « J’aime l’info » ! En participant à cette collecte, vous soutenez notre indépendance et l’atteinte de notre but : faire progresser l’information et la connaissance sur les croyances et le fait religieux, la laïcité et la neutralité républicaine, accroitre le « vouloir vivre ensemble » dans la française, contribuer à la paix sociale.

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris. N° SPEL 0921 Z 94013