«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 31 mars 2020
  • Mise à jour: 3 avril 2020

Les « numéro vert » pour l’accompagnement spirituel des Français pendant l’épidémie

Proposée le 23 mars par les représentants des cultes, d’associations de libre-pensée et de loges maçonnique, où en est la mise en place d’un « numéro vert » d’accompagnement spirituel pour les personnes touchées par l’épidémie de Covid-19 ?

L’idée émise par les représentants des cultes, d’associations de libre-pensée et de loges maçonniques, de la mise en place « de plateformes téléphoniques d’écoutes psychologiques et spirituelles » avait été accueillie favorablement au sommet de l’Etat. Dans un premier temps l’exécutif a craint que la mise en place d’un nouveau numéro vert dédié à l’accompagnement spirituel puisse impacter la visibilité du numéro national d’information sur le Covid-19, le 0 800 130 000 [1].
Depuis l’Etat a donc tranché. Il a été décidé d’intégrer dans les services du numéro national la possibilité pour chaque personne d’être redirigée vers une plateforme téléphonique gérée par le culte de son choix sans qu’elle puisse se substituer au numéro national pour des informations d’ordre générale liées au Covid-19. De fait, l’État n’enfreint pas la loi de 1905 comme on pouvait le craindre. Le 0 800 130 000 est un service public proposés à tous les Français libres de croire ou de ne pas croire. Ce sont donc des "numéro vert" qui seront mis en place par les cultes.

Certains diocèses catholiques lancent un numéro vert pour les personnes isolées

Assurer une présence auprès des malades et des personnes isolées sans se déplacer c’est ce que le service pastoral de santé du diocèse de Beauvais a décidé en lançant son propre numéro vert : 0805 383 864. Lancé ce lundi 30 mars, ce numéro vert est en service tous les jours de la semaine, y compris le week-end, de 9h à 21h. Il est destiné à maintenir le contact avec les personnes habituellement visités, les personnes hospitalisées, les résidents de maisons de retraite, les personnes immobilisées chez elles.
D’autres initiatives de ce type visant à conserver malgré le durcissement du confinement un lien social se sont développées en France. Deux paroisses, l’une à Redon et l’autre à Rennes, ont ainsi mis en place un service « d’anges gardiens », en invitant les paroissiens à appeler les personnes âgées ou isolées, à prendre de leurs nouvelles et pourquoi pas proposer de l’aide pour une course ou un besoin précis.
Dans ce cadre, depuis le 31 mars la Conférence des évêques de France (CEF) et la Conférence des religieux et religieuses de France (CORREF) ont décidé la mise en place d’un numéro vert « par culte », afin de vivre un « service d’écoute » pour des personnes isolées en ce temps de confinement, atteintes du covid-19 pour certaines, parfois en demandes sacramentelles, mais aussi pour l’écoute de soignants, ou de membres de famille en deuil se posant des questions sur l’organisation d’obsèques.
Ce numéro national est le 0806 700 772 pour les catholiques est gratuit et anonyme. Il est diffusé depuis mardi dans les hôpitaux et structures publiques de santé par le ministère de l’Intérieur. Les plages horaires vont de 8h à 22h chaque jour, sept jours sur sept.

Le CFCM lance sa plateforme d’assistance spirituelle

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a lancé lundi 30 mars, une permanence téléphonique 24 / 24 et accessible 7 jours sur 7 afin de permettre aux malades du coronavirus et à leurs proches de confession musulmane de bénéficier d’une assistance psychologique et spirituelle face à la maladie ou encore au décès de proches. Les familles des défunts morts du coronavirus peuvent donc aussi se tourner vers cette plateforme d’assistance afin d’être accompagnées dans les démarches qu’elles doivent effectuer en conformité avec les consignes sanitaires, notamment vis à vis des rites funéraires. Cet assistance spirituelle est accessible pour les musulmans via le 0 800 130 000 (le N° vert du Covid-19 mis en place par le gouvernement) - les appelants souhaitant bénéficier des services d’un cadre religieux musulman y sont redirigés vers la plateforme du CFCM, ou en composant son N° direct : 01 45 23 81 39.

Les autres cultes

L’Église protestante unie a fermé ses lieux de culte très rapidement et propose dur son site un large éventail de moyens et de sources pour rester en lien et vivre sa foi en famille mais aussi en relation avec les autres.
Pour les bouddhistes, Olivier Wang-Genh, coprésident de l’Union des Bouddhistes de France (UBF) avait immédiatement soutenu l’initiative en déclarant au journal La Croix : « Elle veut répondre à ce dont les gens ont le plus besoin aujourd’hui : pouvoir être écoutés, et entendus  ». Toutefois à ce jour, aucune information sur le Covid-19 ne figure sur le site de l’UBF. Quant aux institutions juives de France, sur son site, le Crif prend part au soutien apporté aux soignants et au personnes qui continue de travailler pendant l’épidémie. Mais on n’y trouve aucune référence à l’initiative gouvernementale de service d’information téléphonique sure le Covid-19 et à un accompagnement spirituel

[1Attention : la plateforme n’est pas habilitée à dispenser des conseils médicaux, si vous présentez des premiers signes d’infections respiratoires (fièvre ou sensation de fièvre, toux) restez chez vous et appelez votre médecin. Si les signes s’aggravent, avec des difficultés respiratoires et signes d’étouffement, appelez le 15 ou le 114 pour les personnes ayant des difficultés à parler ou entendre.

Evénement
Un attentat chasse l’autre et crée l’intolérable

Contre l’horreur, en hommage au professeur Samuel Paty, assassiné vendredi pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet, la mobilisation a été forte cet après midi. D’importantes manifestations se sont déroulées, ce dimanche 18 octobre. Elles ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes (enseignants, militant(e)s, personnalités politiques et élu(e)s locaux et nationaux) partout en France. Les associations de défense des droits de l’homme (LDH), contre le racisme et l’antisémitisme (SOS racisme) et les syndicats d’enseignants y ont pris la parole pour exprimer la peine et la colère de toute la société française laïque et républicaine et sa détermination à ne pas laisser l’islamisme y prospérer.
Nous étions présents pour témoigner de notre peine pour cet homme libre, assassiné parce qu’il voulait le rester, exprimer notre compassion à sa famille et à ses collègues.
Mais les paroles comptent peu au regard des actes. Il faut agir maintenant. Nous prendrons notre part.

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.