«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 29 janvier 2020
  • Mise à jour: 31 janvier 2020

90 % des élèves des écoles françaises adhèrent très largement au principe de laïcité

90 % des collégiens et 91 % lycéens considèrent qu’il est important, voire très important, qu’ils soient tolérants entre eux, même s’ils n’ont pas les mêmes croyances. Ces chiffres sont extraits du troisième volet d’une grande enquête « École et citoyenneté » du Cnesco qui nous révèle une école française dont les élèves, et plus encore, les personnels d’éducation, adhèrent très largement aux principes de laïcité.

Le principal enseignement (et la satisfaction) que l’on peut tirer de cette étude du Cnesco réalisée en partenariat avec l’université de Genève, est que la « tolérance et le respect des convictions de chacun » suscitent dans les écoles françaises une très forte adhésion des élèves (90 % et plus) et l’adhésion unanime (98 %) des personnels d’éducation : enseignants et chefs d’établissement.
Ainsi pour ce qui est de la tolérance la très grande majorité des collégiens et lycéens (76 %) admettent de leurs camarades qu’ils puissent exprimer leurs croyances ou non-croyances en classe tant qu’ils respectent l’opinion des autres. Ils plébiscitent également la neutralité religieuse des enseignants.
Mais lorsqu’il s’agit de la place concrète accordée à la religion au sein de l’école (absence le jour d’une fête religieuse ou port de signes religieux dans l’enceinte scolaire), les élèves sont moins unanimes (64 % des élèves de 3e et 62 % de ceux de terminale). Ils restent cependant deux tiers à considérer qu’il est important ou très important que la religion ne soit pas visible dans l’espace scolaire.
De leur côté, les chefs d’établissement et les enseignants en charge de l’enseignement moral et civique (EMC) adhèrent plus encore à ces principes de laïcité au sein de l’école, principes qui sont largement enseignés dans le cadre des activités scolaires. Ils y adhèrent d’autant plus facilement que très peu d’entre eux (2 % au collège et moins de 1 % au lycée) déclarent rencontrer des problèmes importants de remise en cause des enseignements ou de refus de participer à certaines activités scolaires pour des motifs religieux. L’étude montre cependant que ces problèmes sont néanmoins plus importants dans les collèges relevant de l’éducation prioritaire.

La Laïcité s’étend au delà de l’enceinte scolaire

Au-delà de l’enceinte scolaire marquée par un très fort respect de la laïcité, l’étude révèle que la très grande majorité des élèves adhèrent également au principe de la séparation des institutions publiques et des organisations religieuses dans le cadre plus global de la société. Ainsi, environ 80 % d’entre eux déclarent en effet que les règles de vie prescrites par la religion ne doivent pas être plus importantes que les lois de la République. À l’instar des jeunes Grecs et Espagnols souligne le document, les jeunes Français apparaissent beaucoup plus attachés aux principes de laïcité que leurs alter egos scandinaves, anglais ou néerlandais.
L’enquête montre que le niveau des connaissances civiques des élèves joue un rôle primordial positif sur le regard qu’ils portent sur la laïcité et la place de la religion dans l’enceinte scolaire. Une très grande majorité d’entre eux déclarent que la laïcité fait partie des sujets qui ont été abordés en cours d’enseignement moral et civique (EMC) durant leurs années de collège (90 %) ou de lycée (80 %).
Le genre et la participation à une association religieuse sont également très associés au positionnement des jeunes vis-à-vis de la laïcité dans l’école, contrairement à d’autres caractéristiques individuelles liées à l’environnement familial et à l’origine migratoire.
Quant à l’effet lié au type d’établissement (secteur public versus secteur privé sous contrat, collège en REP ou en REP+, établissement rural ou urbain) est très faible ou inexistant, hormis pour les lycées professionnels en ce qui concerne la vision de la place de la laïcité et de la religion dans la société, et pour les collèges privés sous contrat en ce qui concerne l’adhésion à la laïcité au sein de l’école. En revanche, les élèves du secteur privé sous contrat ne se distinguent pas de ceux du public quant au rôle qu’ils accordent à la religion dans la société.

Nota : cette étude a été menée sur l’ensemble du pays auprès de plus de 16 000 élèves de 3e et de terminale, de 500 enseignants et de 350 chefs d’établissement. Le rapport complet est disponible au téléchargement sur le site du Cnesco.

Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.