«La République c’est le droit de tout homme, quelque soit sa croyance religieuse, à avoir sa part de la souveraineté. »Jean Jaurès

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 2 février 2021
  • Mise à jour: 5 février 2021

Ajaccio démarre les travaux de mise en valeur du baptistère paléochrétien San Ghjuvà

Le chantier de mise en valeur du baptistère paléochrétien « San Ghjuvà », situé entre le quartier Saint-Jean et le cours Napoléon, va officiellement démarrer à Ajaccio. Le projet conduit par la Ville consiste en la réalisation d’un Antiquarium de verre pour mettre en lumière ce patrimoine archéologique et historique exceptionnel, découvert en 2005 et classé au titre des Monuments historiques en 2013.

En 2005, Une équipe de l’Institut National de recherches archéologiques préventives (Inrap) a mis au jour les vestiges du baptistère [1] paléochrétien de la première cathédrale d’Ajaccio, sur une parcelle vouée à la construction d’un parking et d’un immeuble par son propriétaire. La municipalité a orienté son projet de valorisation et de conservation des vestiges archéologiques, découverts dans un état de conservation exceptionnel, vers la création d’un petit Antiquarium, inspiré de celui de Séville. Le projet, qui a été confié au groupement « Orma Achitettura-CGZ Architecte-Beaumeco-Sinetic-Ingenia », s’insère dans l’emprise de l’immeuble Alban qui accueille déjà les locaux de la Communauté d’Agglomération du Pays Ajaccien (CAPA). Deux aménagements sont prévus. À l’intérieur, une salle de médiation patrimoniale et de conférence verra le jour au rez-de-chaussée. À l’extérieur, l’ouvrage ouvert prévoit de mettre en valeur le baptistère et les vestiges, de jour comme de nuit, grâce à un éclairage spécifique. La structure qui viendra abriter les vestiges sera constituée d’une sous-face réalisée à partir de terre du Mont Gozzi, située dans la région ajaccienne. Par cette touche minérale, le but est de donner l’impression que la couverture est extraite du sol pour mieux mettre en valeur les vestiges antiques de la ville. Le site archéologique sera protégé « à 360° » par un revêtement en verre courbé. Aux abords, des gradins positionnés à l’antique permettront d’ouvrir l’espace, avec la volonté de proposer un lieu de vie et d’échanges favorisant les rencontres culturelles et la contemplation du site archéologique.
L’intérêt archéologique de ce quartier a été souligné à maintes reprises depuis 1738 et les découvertes réalisées au gré des travaux agricoles et d’urbanisation ont conduit les historiens à localiser dans ce secteur l’agglomération antique d’Ajaccio. C’est aussi là que se trouvait le siège épiscopal, mentionné pour la première fois dans une lettre du pape Grégoire le Grand datée de 601.
Le chantier de cet Antiquarium est évalué à 1,3 millions d’euros. Il bénéficie d’un financement publique de l’État (60 %), de la Ville d’Ajaccio (27%) et de l’Agence de Tourisme de la Corse (ATC) à hauteur de 13%. La fin des travaux est prévue pour le printemps 2022.

Le baptistère paléochrétien d’Ajaccio décrit par l’Inrap

Associé à l’église cathédrale, dont la localisation précise est encore inconnue, le baptistère est constitué d’une abside (4,60 x 3,50 m) encadrée de plusieurs bâtiments, au centre de laquelle se trouve une grande cuve baptismale cruciforme (2,68 x 1,39 m, profondeur 1,34 m), et dont le modèle est à rechercher en Afrique du Nord.

Détail des cuves baptismales paléochrétiennes. Ajaccio, fouille Alban, 2005.© T. Maziers, Inrap.

Dans le courant du haut Moyen Âge, et à deux reprises, ce bassin a fait l’objet de transformations visant à réduire son volume et à l’adapter à l’évolution du rite. Cette cuve est associée à un bassin cylindrique plus petit (80 cm de diamètre), peut-être destinée au lavement des pieds des catéchumènes, avant le baptême proprement dit.
La fouille d’un important dépotoir, associé à ce complexe, a permis de recueillir près de 5 000 fragments de céramique. La diversité de leur provenance montre que le site a été, au VIe et VIIe siècles, et peut-être encore au VIIIe siècle de notre ère, pleinement intégré dans les réseaux commerciaux méditerranéens.

Illustration de l’article : Projet de l’Antiquarium destiné valoriser les vestiges du baptistère San Ghjuvà d’Ajaccio. Architecte : groupe Orma Achitettura-CGZ Architecte-Beaumeco-Sinetic-Ingenia.

[1Dans les premiers siècles chrétiens, le baptistère était un édifice construit à quelque distance de l’église et destiné à l’administration du baptême. Dans l’architecture des églises chrétienne, il s’agit aussi d’une chapelle située au fond de l’église, où sont placés les fonts baptismaux.

Evénement
Vacances ....

Nous vous souhaitons de bonnes vacances ! Rendez-vous à partir du 28 août pour la reprise. D’ici là plus d’envoi des lettres hebdomadaires mais nous restons en veille sur l’actualité !

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.