«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

  • Publié le 18 juillet 2017
  • Mise à jour: 4 septembre 2017

Dans la commune de Bussy-Saint-Georges, le fait religieux nourrit la laïcité

Chantal Brunel, maire de Bussy-Saint-Georges de 2014 à fin 2016, ancienne députée, témoigne de l’expérience de l’Esplanade des religions de Bussy-Saint-Georges et de son effet sur le vivre ensemble dans la commune.
Auteure de Pour en finir avec les violences faites aux femmes, ses prises de position et sa participation de premier plan sur la loi relative aux violences faites aux femmes débattue à l’Assemblée nationale en février 2010 lui vaudront d’être nommée par Nicolas Sarkozy rapporteur général de l’Observatoire de la parité. Elle s’engage alors également contre la polygamie, l’excision, la condition des femmes immigrées et les violences conjugales...

Chantal Brunel, maire de Bussy-Saint-Georges de 2014 à fin 2016, témoigne de son expérience de l’Esplanade des religions de Bussy-Saint-Georges et de sa politique pour le vivre ensemble dans sa commune.

Information réservée à nos abonnés

La consultation de cet article est réservée aux personnes ayant un abonnement en cours de validité.

Vous êtes abonné ?

Nous vous invitons à vous identifier à l’aide du formulaire ci-dessus.

Vous n’êtes pas encore abonné ?

Nous sommes à votre disposition pour vous proposer l’abonnement adapté à vos besoins. Contactez-nous !

Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication SAS Téo Presse, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris. N° SPEL en cours.