«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 5 novembre 2020
  • Mise à jour: 6 novembre 2020

Enquête IFOP pour le Comité Laïcité République

Nouvelle étude sur le rapport des Français à la laïcité à l’heure de la lutte contre l’islamisme

A l’occasion de la remise de ses « Prix de la laïcité » (5 novembre), le Comité Laïcité République a commandé à l’Ifop une grande enquête visant à mesurer les positions des Français sur la laïcité, un sujet désormais au cœur du débat public avec la multiplication des attentats islamistes et l’élaboration du projet de loi contre les « séparatismes ».

Reposant à la fois sur un large échantillon de la population - 2000 personnes dont 1 000 catholiques - et sur un échantillon solide de Français musulmans (500 personnes), l’étude de l’IFOP pour le CLR permet pour la première fois de comparer les positions des principales catégories de Français (ex : catholiques, athées, musulmans) sur des sujets allant des grands principes ou dispositifs relatifs à la laïcité aux dernières mesures annoncées pour lutter contre l’islamisme (ex : dissolution du CCIF, changement à la tête de l’Observatoire de la laïcité, enseignement de l’arabe...).

Les chifres Clefs

57% des jeunes musulmans considèrent que la Charia est plus importante que la loi de la République (+10 pts depuis 2016), sachant que cette proportion est largement supérieure chez l’ensemble des musulmans (38%) à ce que l’on peut voir chez les catholiques (15%).

66% des Français musulmans s’opposent au droit des enseignants à montrer des caricatures de personnages religieux à leurs élèves, alors que ce choix éducatif est soutenu massivement par l’ensemble des Français (75%), y compris catholiques (80%).

34% seulement des musulmans approuvent la dissolution du CCIF et de BarakaCity, tandis que ces annonces faites après le meurtre de Samuel Paty sont largement soutenues par l’ensemble de la population (65% pour le CCIF, 76% pour BarakaCity).

72% des Français souhaitent que l’Observatoire de la laïcité soit désormais dirigé par des personnalités résolument engagées contre les intégristes religieux, dans un contexte où la vision séculariste de la laïcité gagne du terrain dans les esprits (+ 17 points depuis 2005).

44% des musulmans soutiennent « la loi de 2004 interdisant le port de signes religieux dans les écoles, collèges et lycées publics », ce dispositif étant particulièrement défendu par les musulmanes ne se voilant jamais les cheveux (59%). Ce soutien de près d’un musulman sur deux est important à signaler quand on sait que cette loi, vivement critiquée par des sociologues comme Jean Baubérot, a pu être présentée par certains comme une loi de "ségrégation" envers les musulmans (Edwy Plenel, janvier 2015).

Le point de vue de Jean-Pierre Sakoun (Président du CLR)

" Ce sondage confirme ce que l’on savait déjà : la revendication d’un statut particulier avec des droits particuliers progresse fortement chez les Français musulmans, notamment chez les jeunes qui plébiscitent un modèle communautariste.
On constate un véritable basculement d’une grande partie des jeunes musulmans et l’évolution notable en ce sens, bien que moins marquée, des jeunes du même âge non musulmans. Ceci démontre que face au modèle communautariste culturellement dominant, propagé par les Etats-Unis, l’Union européenne et les pays musulmans, nos institutions l’école de la République peinent à faire valoir les qualités de la laïcité en matière de paix civile, de liberté collective et d’émancipation individuelle. Cette enquête confirme que tous les efforts doivent être consacrés au soutien de l’école républicaine dans son entreprise de re-laïcisation, pour lui donner les moyens de former des citoyens désireux de s’émanciper. Par ailleurs il est du devoir de toutes les forces attachées au principe de laïcité, y compris le Comité Laïcité République d’évoluer vers une action en profondeur auprès des Français de religion musulmane. Nous trouverions des adversaires déterminés certes, mais aussi des citoyens à rallier à nos idées, des citoyens auxquels nous devons faire comprendre que ce sont bien la laïcité et les valeurs républicaines qui assurent leur liberté et en particulier le libre exercice de leur culte.
"

Notre commentaire :
Elle porte sur la présentation. En effet, pour autant que cette étude soit juste et intéressante, il nous parait étonnant et dommage que partant d’un échantillon de 2000 personnes dont la moitié de confession catholique et le quart de confession musulmane, le sondage ne se détermine qu’a partir de ce dernier. En effet 4 des 5 chiffres clefs se définissent qu’a partir de cette population là. Dans le climat actuel, il aurait été intéressant, sans pour autant stigmatiser l’une ou l’autre de ses communautés, de faire figurer également dans ces résumés les pourcentages des autres groupes (point 4) voire de les mettre en avant et notamment celui des catholiques au point 2 sur les caricatures. La paix sociale cela tient souvent à pas grand chose.

Evénement
A Lyon, la flamme de la Fête des Lumières ne s’éteint pas et cette année les bénéfices des Lumignons du Cœur iront aux Petits Frères des Pauvres

Dans l’esprit originel de la Fête des Lumières, chaque 8 décembre, les Lyonnaises et Lyonnais ainsi que les visiteurs sont invités à faire un geste de générosité avec l’opération des Lumignons du Cœur. Mais cette année, à compter du 23 novembre, il est possible d’accomplir ce geste au bénéfice des Petits Frères des Pauvres depuis toute la France. Explication.

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.