«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

  • Publié le 18 juillet 2017
  • Mise à jour: 24 juillet 2017

Pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle, entre tradition spirituelle et développement territorial

Labellisés par l’Unesco pour leurs édifices et leurs sentiers qui renferment et incarnent des valeurs immémoriales – croyances, rites, œuvres d’art générées par le pèlerinage, hospitalité – jamais, même au Moyen-Âge, les chemins de Saint-Jacques de Compostelle n’ont vu passer autant de pèlerins. Ils marchent mais s’arrêtent aussi et consomment, faisant vivre nombre de restaurateurs, d’hôteliers, de propriétaires de gîte ou de chambres d’hôtes et de commerçants. Si, jadis, les chemins étaient les vecteurs de la Reconquista chrétienne dans la péninsule ibérique, aujourd’hui ils sont un symbole de rencontres et de paix, l’enjeu d’un équilibre entre opportunité économique et devoir de préservation des valeurs qui ont fait leur aura.

Avec ses 250 000 pèlerins, le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle est aussi l’enjeu de stratégies locales de développement territorial.

Information réservée à nos abonnés

La consultation de cet article est réservée aux personnes ayant un abonnement en cours de validité.

Vous êtes abonné ?

Nous vous invitons à vous identifier à l’aide du formulaire ci-dessus.

Vous n’êtes pas encore abonné ?

Nous sommes à votre disposition pour vous proposer l’abonnement adapté à vos besoins. Contactez-nous !

Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication SAS Téo Presse, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris. N° SPEL en cours.