«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 29 septembre 2020
  • Mise à jour: 2 octobre 2020

Contestations de l’élection en Biélorussie : les religions seraient instrumentalisées

Aujourd’hui, dans une déclaration diffusée par le service de presse du Service de renseignement extérieur (SVR), son directeur, Sergei Naryshkin, a accusé les Etats-Unis d’interférer dans la situation religieuse en Biélorussie. Selon lui, les États-Unis interviennent dans la situation religieuse en Biélorussie, « en essayant de pousser les représentants des branches orthodoxe et catholique du christianisme » à s’impliquer et notamment en tentant d’attirer le Vatican, aujourd’hui sur la réserve, dans les événements biélorusses. Toujours, selon Sergei Naryshkin, « les Américains s’efforcent d’impliquer plus activement les prêtres catholiques dans les manifestations anti-gouvernementales ».
Dans ce texte, Sergei Naryshkin affirme également « le clergé de l’Eglise catholique romaine est appelé à critiquer ouvertement les autorités biélorusses et à utiliser les événements religieux, y compris les sermons, les prières et les processions religieuses, pour mener une propagande politique d’opposition parmi les croyants ». La thèse des services russes est d’attribuer aux américains l’exécution d’un plan qui devrait obliger Minsk à exercer de dures représailles contre l’Eglise catholique romaine (RCC).

Evénement
Un attentat chasse l’autre et crée l’intolérable

Contre l’horreur, en hommage au professeur Samuel Paty, assassiné vendredi pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet, la mobilisation a été forte cet après midi. D’importantes manifestations se sont déroulées, ce dimanche 18 octobre. Elles ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes (enseignants, militant(e)s, personnalités politiques et élu(e)s locaux et nationaux) partout en France. Les associations de défense des droits de l’homme (LDH), contre le racisme et l’antisémitisme (SOS racisme) et les syndicats d’enseignants y ont pris la parole pour exprimer la peine et la colère de toute la société française laïque et républicaine et sa détermination à ne pas laisser l’islamisme y prospérer.
Nous étions présents pour témoigner de notre peine pour cet homme libre, assassiné parce qu’il voulait le rester, exprimer notre compassion à sa famille et à ses collègues.
Mais les paroles comptent peu au regard des actes. Il faut agir maintenant. Nous prendrons notre part.

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.