«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 4 décembre 2019
  • Mise à jour: 31 janvier 2020

La laïcité vue par les cultes de l’Esplanade des religions de Bussy-Saint-Georges

Issues de la pratique du dialogue entre religions dans la Cité, les réflexions des différents représentants des cultes de l’esplanade des religions de Bussy-Saint-Georges dessinent de nouvelles limites au territoire de la laïcité. Lors de notre reportage, en 2016, elles semblaient en accroitre la dimension solidaire.

Claude Windisch, président de l’association juive J’Buss : « Pour nous la laïcité respecte toutes les religions ainsi que l’athéisme ; d’ailleurs, petit à petit, l’esplanade des religions devient l’esplanade des religions et des cultures. Elle a aussi la fonction de rompre la glace avec les religions : beaucoup de gens réalisent peu à peu que tout un chacun peut entrer dans une synagogue ou dans une mosquée. La relation avec la mairie est primordiale, c’est un soutien moral qui rassure sur la continuité du projet que nous pensons être la solution pour vivre ensemble, et non les uns à côté des autres  ».

Miao Da, Vénérable du temple Fo Guang Shan : « La religion peut compléter la vie, c’est-à-dire les règles sociales, car la vie est réglée par la loi. Les lois des religions, les savoir-faire, peuvent aider les gens à vivre et à harmoniser la société. Dans le monde entier, les êtres humains vivent ensembles, nous devons penser l’autre. Notre Vénérable Maitre fondateur Hsing Yun déclare à ce sujet : Nous devons vivre ensemble pour se respecter et donner la compassion et la tolérance. Dans ce cas nous pouvons avoir la joie  ».

Le Père Dominique Fontaine, curé de l’église Notre-Dame du Val : « La laïcité ne doit pas se vivre contre les religions, ni sans les religions, mais avec les religions. Elle s’appuie sur la solidarité et la mise en valeur de la dimension spirituelle. L’entente des religions permet d’exprimer cette spiritualité. Je remarque que, grâce aux pagodes bouddhistes, la population asiatique de Bussy-Saint-Georges retrouve dans sa vie courante, celle de la cité, ses racines spirituelles et culturelles. C’est un service public que ces pagodes rendent à la société française ».

Farid Chaoui, directeur de la mosquée Tawba : « La laïcité est la non-ingérence de la religion dans la vie publique et politique, mais c’est également le respect des cultes pratiqués chez soi ou dans son lieu de culte. Quand nous sortons de la mosquée, nous sommes des citoyens français, nous ne sommes pas vêtus du costume traditionnel d’autres pays. Nous sommes des musulmans de France. C’est un fait et un message que je ne cesse de répéter aux fidèles comme au grand public ».

Evénement
L’Imame sur Arte

Sherin Khankan a ouvert à Copenhague la première mosquée 100% féminine d’Europe. Une remise en question de la structure et des lectures patriarcales des institutions religieuses, du progressisme et de la mixité, voilà ce que Sherin préconise. Ce discours ne plaît pas à tout le monde mais elle n’en a cure. Jusqu’à ce que son impétuosité ne mette à mal l’organisation interne de la mosquée et de la mixité, voilà ce que Sherin préconise.

L’Imame, à voir absolument ! C’est sur Arte !
Disponible du 03/06/2020 au 15/08/2022
Prochaine diffusion le mercredi 26 août à 22:30

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.