«La République c’est le droit de tout homme, quelque soit sa croyance religieuse, à avoir sa part de la souveraineté. »Jean Jaurès

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 6 octobre 2020

Le projet de loi sur les séparatismes serait renommé « Projet de loi renforçant la laïcité et les principes républicains »

Trois jours après le discours du Président, son projet de loi destiné à lutter contre le séparatisme devrait changer de nom pour s’appeler « projet de loi renforçant la laïcité et les principes républicains », a annoncé mardi Gérald Darmanin, sur Radio Classique.
Le ministre de l’Intérieur qui entre ce matin dans une série de consultation des partis politique sur le projet de loi, a cependant réaffirmé que « l’idée était bien de lutter contre le séparatisme principal qu’est l’islam radical », mais, dit-il, « ce n’est pas le seul objet du texte qui s’adresse à tous les cultes, contre tous les mouvements sectaires, impose la neutralité politique et religieuse ».
Gérald Darmanin a souligné que les deux premiers articles de la loi de 1905, socle de la laïcité en France, ne seraient pas modifiés mais que certaine des dispositions de la loi de 1905 seront renforcées « à la marge ». Le ministre a cité à titre d’exemple l’interdiction de faire de la politique dans les lieux de culte prévue dans l’article 26 de la loi de 1905 qui ne s’accompagne pas de sanction dans le texte actuel. Le projet prévoira donc dans ce cas des sanction administratives et pénales.
A propos des associations organisant le culte, le ministre a souhaité préciser qu’il sera exigé pour les dirigeants des associations cultuelles un casier judiciaire vierge de toute condamnation pour « radicalisation, ou complicité du terrorisme ou apologie du terrorisme ». Quant aux associations percevant des subventions ou bénéficiant de prêts de matériels, il a rappelé qu’il leur sera demandé « dès le premier centime d’euro » une adhésion aux « valeurs de la République ».

Evénement
12 avril 1204 : jour de la véritable rupture entre chrétienté orthodoxe d’Orient et catholique d’Occident

Le 12 avril 1204, les troupes de la IVe croisade s’emparent de Constantinople et mettent à sac la richissime capitale de l’Empire byzantin. Le scandale est immense dans toute la chrétienté et de ce jour fatal date la véritable rupture entre la chrétienté orthodoxe d’Orient et la chrétienté catholique d’Occident.

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.