«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 12 mars 2020

Religions et coronavirus : le dilemme entre foi et contagion

Mardi 10 mars, en invitant les prêtres à avoir le courage de se rendre chez les malades, le pape François a rendu concret le dilemme des chrétiens face à l’épidémie de coronavirus : manifester sa foi par la compassion avec les malades ou ne rien faire pour éviter toute contamination.

Depuis le rassemblement évangélique de Mulhouse, en France, les communautés religieuses sont considérés partout dans le monde comme de sévères foyers de propagation du Covid-19. Parmi elles, l’Église catholique romaine, se trouve en première ligne. Depuis l’explosion de l’épidémie dans la péninsule italienne, elle adapte ses pratiques à l’épidémie. Ainsi, le pape François a célébré dimanche, et pour la première fois, sa messe dominicale de l’Angelus devant une caméra. Durant cet office « un peu étrange » selon ses propres mots, il a exhorté les prêtres catholiques à faire preuve de compassion envers les malades en se rendant à leur chevet. Il a aussi appelé les fidèles italiens au civisme et a même adressé un message de soutien aux prisonniers qui connaissent une situation d’enferment particulièrement anxiogène en raison de l’épidémie et de l’arrêt des visites.

Au sein de la religion musulmane, dans les mosquée françaises, les fidèles sont sensibilisés aux risques de contamination et aux « gestes barrières » . À Cholet, samedi dernier, l’imam Mohamed Nayma de la mosquée Arrahma a organisé une soirée spéciale, consacrée au coronavirus avec un médecin de l’hôpital local. À Paris la prière du vendredi à la Grande Mosquée a été suspendue. Au niveau mondial c’est le petit pèlerinage de la Omra qui est interdit temporairement à tous les pèlerins dans les villes saintes de La Mecque et Médine, en Arabie saoudite. Une décision inédite qui répond également à une probable tragédie dans les mosquées iraniennes.

Seul couac dans cette homélie sanitaire, l’Église orthodoxe grecque a annoncé hier continuer à donner la communion à ses fidèles alors que l’épidémie de coronavirus a entraîné, mardi 10 mars, la fermeture dans le pays de toutes les écoles, crèches et universités pour deux semaines.

Evénement
La série. « Au nom du père » fait son retour sur Arte avec une remarquable saison 2

Au Danemark, les relations conflictuelles entre un pasteur, père dominateur, et ses deux fils mettent en péril leur foi et leur famille.

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.