«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 23 mai 2020

Reprise sous conditions des cérémonies religieuses

Désinfection des mains et masque obligatoire, filtrage à l’entrée : suite au décret du 22 mai publié dans la nuit au journal officiel et immédiatement entré en vigueur, les cérémonies religieuses vont pouvoir reprendre dès ce samedi. Le texte vient compléter un décret du 11 mai sur les mesures de lutte contre le Covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.

Depuis le début de la crise sanitaire, les lieux de culte n’ont jamais été fermés, mais des restrictions ont dû être imposées pour les cérémonies religieuses alors même que la période de confinement englobait des fêtes religieuses particulièrement importantes comme la Pâque chrétienne et juive et le Ramadhan.
Conscients de cette situation, le Président de la République et son gouvernement avaient, dès le 4 mai au Sénat, par la voix du Premier ministre, annoncé l’intention du Gouvernement de permettre la reprise des cérémonies religieuses, dans le respect des règles sanitaires pour la fin de mois de mai.
Contraint par l’action de certaines composantes du Culte catholique et une décision du 18 mai du Conseil d’Etat, le Premier ministre et e Ministre de l’Intérieur ont acté par décret la reprise des cérémonies religieuses sous réserve du respect de règles sanitaires strictes.

Ainsi, par décret qui entre immédiatement en vigueur, même si l’objectif d’une reprise généralisée des cérémonies religieuses reste le 3 juin, la reprise des cérémonies cultuelles se fera aux conditions suivantes :
- les lieux de culte seront tenus, comme tous les autres établissements recevant du public, de respecter les gestes barrières ainsi que les mesures de distanciation physique. Le gestionnaire du lieu de culte sera en charge du respect de ces prescriptions ;
- les organisateurs s’assureront du respect de la règle la distanciation physique d’au moins un mètre entre deux personnes, en déterminant ce faisant le seuil maximal de fréquentation. Les organisateurs demeurent évidemment libres de fixer un seuil inférieur ;
- le port d’un masque de protection sera obligatoire lors des cérémonies religieuses ;
- une attention particulière sera portée sur les entrées et les sorties des édifices. Pour chaque lieu de culte, une personne identifiée sera ainsi désignée par l’organisation pour réguler le flux, veiller au nombre de personnes présentes à l’intérieur des bâtiments et éviter les attroupements aux abords de ceux-ci ;
- la désinfection des mains sera obligatoire à l’entrée des lieux de culte.

Les préfets de département pourront interdire l’ouverture ou ordonner la fermeture d’un lieu de culte si ces règles ne sont pas respectées. Par ailleurs, à ce dispositif nécessaire pour la sécurité sanitaire des fidèles comme des célébrants, viendra s’ajouter l’application de recommandations élaborées par chaque culte et adaptées à leur pratique rituelle, Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, déclarant : « Notre volonté de protéger les Français et de limiter la circulation du virus n’a pas changé. Nous avons confiance dans la prudence et la vigilance exemplaires des responsables des cultes. »

Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.