«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 29 mai 2020

Ainsi soit-il !

Ah la belle locution que ce « Ainsi soit-il ! » qui exprime le souhait qu’une prière s’accomplisse. « Ainsi soit-il ! », c’est la ritournelle des prières des fidèles ; et toutes les fois qu’on a mis en avant, soit dans les journaux, soit dans les sociétés, quelques idées de bonheur, avec le moindre espoir de les voir se réaliser, tout le monde se prend à répéter à l’envi, avec un profond soupir : Ainsi soit-il !

Et que ne sommes-nous exaucés cette semaine avec l’annonce de la deuxième phase du déconfinement qui sonne, pour nous français, le déclin de l’épidémie du Covid-19, le début de la fin d’une triste et difficile période qui nous a mis à l’épreuve de nous-même et des autres. Bien sûr, et comme toujours dans la vie des hommes et sa finitude, le plus dur est à venir. Mais enfin, félicitons ces maires élus cette semaine, même si certains n’ont pas hésité ou ont du se résigner à organiser leur scrutin dans des églises avec parfois quelques déconvenues pour avoir oublié que malgré, ou plutôt en vertu de la Loi de 1905, les cultes restent maitres de l’utilisation des lieux de cultes.

« Ainsi soit-il(s) » a sans doute murmuré le pape en signant cette semaine les décrets de béatification du religieux français Charles de Foucauld disparu en 1916, d’un autre “bienheureux” français, « le père César de Bus » (1604), fondateur de la congrégation des Pères de la Doctrine chrétienne et du père Michael McGivney (1852-1890), fondateur des Chevaliers de Colomb, lui reconnaissant le miracle de son intercession dans la guérison aux États-Unis, en 2015, d’un enfant atteint in utero d’une maladie mortelle. Rappelons pour mémoire que pour accorder la béatification, le Vatican exige la preuve d’un miracle attribué à l’intercession du candidat, à moins que le candidat n’ait été martyrisé pour sa foi.

Martyrisé pour sa foi, vous dites ? Nous l’avons tous été dans notre foi en l’avenir. Un miracle ? Nous en avons tous fait pour préserver l’Autre et le bien commun du pays, les uns en acceptant de rester chez-eux, les autres en continuant de travailler et en se dévouant plus que de raison dans des conditions de travail difficiles et de sécurité précaires comme ce fut surtout le cas pour les caissières mais également pour les soigant(e)s et les infirmières.
Car le passage du genre masculin au genre féminin donne à la locution « ainsi soit-il » une dimension profondément humaine. « Ainsi soit-elle » de vaillance, de bonté, de courage l’infirmière qui vous a veillé, la caissière qui vous a souri. Ainsi soit-elle, Véronique De Keyser, première présidente élue du Centre d’Action Laïque de Belgique. Ainsi soit-elle l’audace et la clairvoyance d’Anne Soupa qui veut être archevêque de Lyon et succéder ainsi au Cardinal Barbarin. Ainsi soit-il.

Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.