«La République c’est le droit de tout homme, quelque soit sa croyance religieuse, à avoir sa part de la souveraineté. »Jean Jaurès

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 11 février 2021
  • Mise à jour: 12 février 2021

« Faire Chapelle » à Dunkerque : quo que ?

La situation sanitaire particulièrement grave aujourd’hui à Dunkerque ne permettra pas aux « masques » de se retrouver ce samedi 13 février pour faire un chahut au carnaval. On n’y renoncera aussi, par précaution, à « Faire chapelle », une expression que l’on entend au moment du carnaval de la région dunkerquoise. Mais « Faire Chapelle », quo que ?

Aux prises avec un pic épidémique du variant anglais du coronavirus, cette année la Ville de Dunkerque et ses partenaires ont imaginé de multiples animations pour faire vivre le carnaval 2021 autrement. Ainsi pour qui n’a jamais assisté au jet de harengs du haut du balcon central de la mairie, cela pourrait être virtuellement possible le samedi 13 février. Mais cette année, pas de bal et pas de bande.

Au passage devant l’Hôtel de Ville, cette masse compacte et colorée réclame son dû : une volée de 450 kilos de harengs saurs emballés sous cellophane (appelés aussi kippers). © Ville de Dunkerque.

En temps ordinaire, pour la plupart des masques (les festivaliers souvent plus grimés que masqués), la bande est prétexte à d’innombrables pèlerinages, appelés pour la circonstance « Chapelles », qui jalonnent le parcours. On fait une halte dans ces « maisons amies » avant, pendant ou après la bande juste avant de se rendre au bal : histoire de se désaltérer et de se ravitailler. Le plus souvent, les masques se déplacent en petits groupes pour mettre à profit les bonnes adresses.

« Faire Chapelle »

« Faire Chapelle » c’est ouvrir sa maison. Une vraie chapelle propose à ses invités à boire et à manger. Si on ne peut que boire, ce n’est pas une chapelle. Une vraie chapelle, offre à boire et à manger. La personne qui organise - quitte à enlever les meubles de sa salle à manger, de son salon, de manière à disposer d’une belle surface - ouvre son logement. Elle le fait savoir à ses amis « carnavaleux » et ceux-ci s’y rendent en emmenant parfois d’autres amis.
Le but d’une chapelle est de se réunir avant de partir faire la bande ou après celle-ci. Chacun fait comme cela l’arrange. Ce sont de grands moments de convivialité. Et lorsqu’il n’est pas possible d’ouvrir sa maison parce que celle-ci, par exemple, se situe trop loin de la région dunkerquoise, la personne peut proposer à ses ami.e.s une « chapelle coffre ». Elle se rend alors dans un lieu convenu et là, elle ouvre le coffre de sa voiture rempli pour l’occasion de boissons et de nourriture.« Faire Chapelle » est donc synonyme de joie et de fête, c’est la religion d’hospitalité et de générosité des « gens du nord ». Maintenant, vous savez ce que vous devez inscrire dans vos agendas et où vous serez le 13 février 2022. Beurt’che [1] ?

[1Dialecte dunkerquois : Petit tour avec une fille et, par extension, un petit tour dans la bande.

Evénement
Projet de loi « Principes de la République » : les sénateurs débuteront la 1ère lecture du texte le 30 mars

La commission des loi du Sénat a démarré ses auditions de personnalités sur le projet de loi "Principes de la République" le 3 février. Les sénateurs examineront le texte en première lecture à partir du mardi 30 mars.

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.