«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

  • Publié le 26 février 2018
  • Mise à jour: 17 mars 2018

L’alchimie : science ou croyance ?

Depuis des millénaires, si on estime qu’elle naquit en Égypte au temps des pharaons, l’alchimie a été une voie de la transmutation du « vil » en vertu, du plomb en or, une tentative d’explication des mystères du monde sensible, une science qui portait en elle l’idée de vie éternelle, de progrès, d’évolution vers un monde meilleur. Une telle posture ne pouvait que provoquer la méfiance voire les réactions violentes des différents pouvoirs temporels et atemporels. Ce fut notamment le cas au Moyen Âge avec l’Église qui promettait également aux hommes, mais dans l’au-delà, un monde meilleur et qui excluait aux phénomènes naturels toute autre cause qu’une cause divine. Aujourd’hui, l’alchimie qui n’a rien perdu de son mystère, résiste à être (re)considéré comme une croyance ou comme une science.

En lutte avec certains obscurantismes quand elle n’était pas elle-même considérée comme le premier d’entre eux, l’alchimie fut souvent perçue comme une forme de contre-pouvoir soit à la croyance soit aux institutions avant d’être confrontée à la raison dans un débat toujours actuel pour déterminer si elle était une science ou une pseudoscience...

Information réservée à nos abonnés

La consultation de cet article est réservée aux personnes ayant un abonnement en cours de validité.

Vous êtes abonné ?

Nous vous invitons à vous identifier à l’aide du formulaire ci-dessus.

Vous n’êtes pas encore abonné ?

Nous sommes à votre disposition pour vous proposer l’abonnement adapté à vos besoins. Contactez-nous !

Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication SAS Téo Presse, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris. N° SPEL en cours.