«La République c’est le droit de tout homme, quelque soit sa croyance religieuse, à avoir sa part de la souveraineté. »Jean Jaurès

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 30 juin 2020
  • Mise à jour: 21 juillet 2020

Vie locale et subventions publiques aux associations

Les associations loi 1901 sont des acteurs importants de la vie locale et notamment dans le domaine du sport, des loisirs, de l’aide aux plus démunis. Depuis quelques années certaines associations en lien avec des cultes ou d’obédience cultuelle s’inscrivent dans cette dynamique locale et proposent des actions humanitaires et environnementales visant l’épanouissement individuel et le renforcement du lien social. Peuvent-elles recevoir des subventions comme les autres ?

La majorité des villes françaises sont riches d’un tissu associatif dynamique, diversifié et qui ne cesse de se développer dans tous les domaines. Rien qu’à Paris elles sont plus de 65000. Parmi elles on trouve un nombre croissant d’associations en lien avec des cultes ou d’obédience cultuelle qui, contribuant à faire vivre la ville et ses quartiers, cherchent à solliciter des subventions publiques pour financer leurs actions. Le peuvent-elles ?

Au sens du titre IV de la loi du 9 décembre 1905, aucune subvention, à l’exception des concours pour des travaux de réparation d’édifices cultuels, ne peut être accordée aux associations cultuelles.
Mais les collectivités territoriales peuvent accorder une subvention à une association qui, sans constituer une association cultuelle a des activités cultuelles. Mais cela ne peut se faire uniquement dans le cas de la réalisation d’un projet, d’une manifestation ou d’une activité qui ne présente pas un caractère cultuel et n’est pas destiné au culte. A cela il faut encore ajouter deux conditions :

  • Ce projet, cette manifestation ou cette activité présente un intérêt public local ; (kermesse paroissiale, fête traditionnelle ...)
  • Soit garanti, notamment par voie contractuelle, que la subvention est exclusivement affectée au financement de ce projet, de cette manifestation ou de cette activité et n’est pas utilisée pour financer les activités cultuelles de l’association.

Profitons de l’occasion pour rappeler ici que la mise à disposition gratuite d’un local ou sa location à un prix inférieur à ceux pratiqués par une collectivité peut être considéré comme une subvention à l’association cultuelle qui en serait la bénéficiaire. Et dans ce cas, cette subvention est illégale.

Evénement
De nouveaux « États généraux de la laïcité »

La ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa a annoncé hier, dans une interview parue dans le Journal du Dimanche, l’organisation d’« États généraux de la laïcité ». Ils donneront notamment lieu à une « grande consultation » auprès des jeunes avec la participation des associations, des syndicats et de religieux.

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.