«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 4 février 2020
  • Mise à jour: 7 février 2020

« Êtes-vous Mila ? » un sondage Ifop pour Charlie Hebdo montre des français solidaires mais opposés sur le droit au blasphème

Que pensent vraiment les Français de « l’affaire Mila » ? A l’occasion du dossier consacré par sa rédaction à l’affaire Mila, Charlie Hebdo a commandé à l’Ifop une enquête pour mesurer l’opinion des Français sur cette polémique et plus largement la question du blasphème et de la liberté d’expression. Pour découvrir les détails du sondage et lire l’article de Charlie Hebdo, courrez acheter le N° au kiosque le plus proche !

Réalisé auprès d’un échantillon national représentatif de taille conséquente (2000 personnes), cette enquête montre que l’opinion soutient majoritairement la jeune fille tout en désavouant Nicole Belloubet et le parquet qui a lancé une information judiciaire à l’encontre de l’adolescente. Cependant, le droit au blasphème, acquis depuis la loi de juillet 1881 sur la liberté de la presse, est loin de faire l’unanimité : l’opinion se partageant en deux parties strictement égales sur le sujet.

Le point de vue de Gérard Biard, rédacteur-en-chef de Charlie Hebdo

« Bref, cette enquête révèle une énorme confusion entre l’injure contre une religion et ses symboles - qui est légale - et l’appel à la haine contre les croyants - qui est puni par la loi. Encore plus grave, elle montre aussi que la moitié des Français, majoritairement les plus jeunes, pensent que la France est toujours la fille aînée de l’Église - ou, pour certains, qu’ils voudraient quelle devienne la petite soeur de la mosquée ».

Evénement
Un attentat chasse l’autre et crée l’intolérable

Contre l’horreur, en hommage au professeur Samuel Paty, assassiné vendredi pour avoir montré à ses élèves des caricatures de Mahomet, la mobilisation a été forte cet après midi. D’importantes manifestations se sont déroulées, ce dimanche 18 octobre. Elles ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes (enseignants, militant(e)s, personnalités politiques et élu(e)s locaux et nationaux) partout en France. Les associations de défense des droits de l’homme (LDH), contre le racisme et l’antisémitisme (SOS racisme) et les syndicats d’enseignants y ont pris la parole pour exprimer la peine et la colère de toute la société française laïque et républicaine et sa détermination à ne pas laisser l’islamisme y prospérer.
Nous étions présents pour témoigner de notre peine pour cet homme libre, assassiné parce qu’il voulait le rester, exprimer notre compassion à sa famille et à ses collègues.
Mais les paroles comptent peu au regard des actes. Il faut agir maintenant. Nous prendrons notre part.

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.