«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 25 mars 2020

Communiqué de la Grande Mosquée de Paris

Le 1er du mois de Chaabane 1441 correspondra au jeudi 26 mars 2020. Ce mois précédant le mois sacré de Ramadhan permet aux musulmans de se préparer spirituellement au mois de jeune et de l’adoration.

Le jeûne durant le mois de Chaabane n’est pas une obligation coranique mais une tradition prophétique

A cette occasion, Me Chems-eddine HAFIZ, recteur de la Mosquée de Paris, souhaite le bonheur et tous les bienfaits d’Allah à toute la communauté musulmane dans le monde, dans le progrès, la prospérité, la paix et la quiétude.

Le recteur et les imams de la Grande Mosquée de Paris expriment toute leur compassion aux familles touchées par l’épidémie qui sévit dans le monde et rendent un vibrant hommage au personnel soignant qui se dévoue dans cette grande épreuve que connaît l’humanité.

Le recteur et les imams de la Grande Mosquée de Paris invitent l’ensemble des musulmans de France à joindre leurs prières à celles de nos frères chrétiens, qui célèbrent aujourd’hui même la fête de l’Annonciation, pour que se cesse ce fléau et que l’espoir revienne dans le cœurs des hommes.

Chems-eddine HAFIZ
Recteur de l’Institut Musulman
de la Mosquée de Paris

Evénement
Ouverture aujourd’hui 2 septembre 2020 du procès des attentats de 2015

A la veille de l’ouverture du procès des attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo, l’hebdomadaire satirique a dévoilé la une prévue pour ce mercredi 2 septembre. Comment accueillir cette une, qui acte la republication des caricatures de Mahomet, à l’origine de nombreux scandales en 2005 ? La question est difficile à trancher. D’un côté, le courage du journal est salué, mais d’un autre, on s’interroge sur la portée de cette nouvelle publication qui peut être perçue comme une provocation. Nous espérons en forme d’apaisement que le procès y apportera une troisième réponse, celle d’une condamnation éclairante des raisons de ces actes et juste de ceux qui les ont commis, en mémoire de ceux qui ont perdu la vie lors de ces évènements sans avoir attenté aucunement à celle des autres, ceux qui l’ont perdu pour quoi ? pour çà ...
Olivier Konarzewski

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.