«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

  • Publié le 14 septembre 2020
  • Mise à jour: 18 septembre 2020

Laïcité en 1906 – 1907 : de la « querelle des inventaires » au « délit de messe »

Le 9 décembre 1905 la loi de séparation des Églises et de l’État est promulguée. Alors que les Juifs et les Protestants l’acceptent, le pape Pie X la condamne par les encycliques Vehementer Nos du 11 février 1906 et Gravissimo officii du 10 août 1906. Une déclaration de guerre à l’État français qui conduira momentanément jusqu’au « délit de messe » avant un retour progressif à la raison et l’apaisement.

Dès sa promulgation, la loi du 9 décembre 1905 vit une opposition farouche du Vatican qui enjoint l’épiscopat français à contester le principe de l’inventaire des biens et à refuser les association cultuelles privant alors les fidèles de leurs églises et faisant de la célébration des messes un délit. Découvrez cet épisode de l’histoire française de la laïcité.

Information réservée à nos abonnés

La consultation de cet article est réservée aux personnes ayant un abonnement en cours de validité.

Vous êtes abonné ?

Nous vous invitons à vous identifier à l’aide du formulaire ci-dessus.

Vous n’êtes pas encore abonné ?

Nous sommes à votre disposition pour vous proposer l’abonnement adapté à vos besoins. Contactez-nous !

Evénement
Ouverture aujourd’hui 2 septembre 2020 du procès des attentats de 2015

A la veille de l’ouverture du procès des attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo, l’hebdomadaire satirique a dévoilé la une prévue pour ce mercredi 2 septembre. Comment accueillir cette une, qui acte la republication des caricatures de Mahomet, à l’origine de nombreux scandales en 2005 ? La question est difficile à trancher. D’un côté, le courage du journal est salué, mais d’un autre, on s’interroge sur la portée de cette nouvelle publication qui peut être perçue comme une provocation. Nous espérons en forme d’apaisement que le procès y apportera une troisième réponse, celle d’une condamnation éclairante des raisons de ces actes et juste de ceux qui les ont commis, en mémoire de ceux qui ont perdu la vie lors de ces évènements sans avoir attenté aucunement à celle des autres, ceux qui l’ont perdu pour quoi ? pour çà ...
Olivier Konarzewski

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.