«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 12 mars 2020
  • Mise à jour: 11 mai 2020

Municipales 2020 : un rendez-vous "Démocritique"

Hier avant l’allocution présidentielle, nous écrivions : "il vaut mieux attendre le pic épidémique plutôt que de provoquer un choc anaphylactique", redoutant que le brassage de population du rendez-vous démocratique des élections municipales risque de se transformer en choc anaphylactique. En médecine, cela désigne une réaction allergique exacerbée, entraînant dans la plupart des cas de graves conséquences et pouvant engager le pronostic vital, autant dire la mort d’un certain nombre.
Le président qui se détermine en fonction d’avis médicaux les plus avisés du pays a souhaité maintenir ce rendez-vous démocratique.
Il l’a dit lui-même ce que nous avions écrit : en même temps que la pandémie unit les pays, les sociétés, les individus dans la contamination, elle les sépare dans la peur : les fermetures de frontières internationales se multiplient, et à l’intérieur même des pays, les confinements par lieux ou par secteur d’activité et les cas d’infection s’accélèrent. Un universel d’individus (anxieux, malades et potentiellement infectés) voilà à quoi se résume aujourd’hui cette pandémie.
Alors, il faut encore le répéter, dans cette situation est-il bien raisonnable, où que ce soit, d’organiser des élections ? Si la semaine dernière la question de la liberté ne se posait qu’à propos de la liberté d’esprit, de la volonté de certains à se rendre aux urnes, aujourd’hui les mesures et les recommandations justes et claires annoncées par le président, si elles sont suivies par ceux à qui elles s’adressent, autant dire à peu près tout le monde, une part importante de nos concitoyens fait face au dilemme de suivre les règles ou bien de les braver et risque de ne pas aller voter ce dimanche, et l’autre dimanche aussi.

Le président, le gouvernement, des médecins et spécialistes de renom nous prédisent un choc épidémique dans les semaines à venir sans s’aventurer à communiquer aucun chiffre des contaminations actuelles et à venir réelles. Malgré les limites à nos déplacements et aux rassemblements, les injonctions à observer les consignes sanitaires et à pratiquer « les gestes barrières », l’épidémie progresse et met en danger notre économie tout autant que notre santé.
Inclure l’annonce du maintien d’élections et de l’appel aux urnes de millions de citoyens, enveloppé dans un discours clair et responsable invitant à rester chez soi et à maintenir "une distance sociale" face à une épidémie sévère et durable est un "en même temps" qui pose question dans un discours qui pour être tenu par le chef de l’État, ne peut-être que politique.

Le président pense-t-il que ces élections, au seuil de l’épidémie, doivent être tenues tout de suite car il n’y a pas de visibilité sur la durée et la violence de celle-ci ? Est-ce que des strates de population, les plus de 70 ans appelés à rester chez eux, sont des électeurs indésirables ?
Dans l’univers invisible de la contagion, baignent les pensées et les peurs les plus folles. L’exécutif l’a bien compris et a tranché mais selon nous en prenant un grand risque pour la population : plutôt que d’atteindre le pic épidémique en le contrôlant, l’exécutif a choisi de l’affronter, au risque du désastre d’un choc anaphylactique.

C’est une décision non pas démocratique mais "Démocritique". Démocrite, philosophe grec contemporain de Socrate, est l’inventeur de la théorie de l’atomisme qui considère la matière comme constituée d’atomes indivisibles et éternels. Le vide existe, c’est ce qui permet le mouvement des atomes.
Démocrite s’est aussi beaucoup préoccupé des affaires de la cité. Il était considéré comme un sage, réputé pour sa bonne humeur. Mais selon la légende, il se serait rendu aveugle pour ne pas succomber aux tentations et aux affres de l’existence...

Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.