«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 25 septembre 2018
  • Mise à jour: 5 octobre 2018

La Religion des faibles

Ce que le djihadisme dit de nous

"Le croyant est le miroir du croyant", martèle le djihadiste. Par ces mots, il adresse à l’Occident un défi : toi qui ne me prends jamais au sérieux, contemple-toi dans mon discours, regarde ma foi et vois ce que tu crois. Alors, faisons face. Retournons le miroir pour le maintenir fermement. Observons l’image qu’il nous renvoie, nous qui sommes si réticents à dire « nous », justement, parce que ce serait délimiter une frontière avec « eux ». Mais le djihadiste nous y contraint. « Nous aimons la mort comme vous chérissez la vie », répète-t-il, et en disant « vous » il exhibe un nous, malgré tout. Sa violence fait exploser cette question : à quoi tient-il, ce nous, à quoi tenons-nous ? Y répondre, c’est reconnaître une arrogance qui est aussi une vulnérabilité : nous sommes convaincus d’être au centre du monde, d’incarner l’unique espérance de progrès, la seule modernité possible, bref nous nous pensons universellement désirables. Mais le djihadisme sème le doute. Au miroir de sa puissante croyance, nous découvrons ce qu’est devenue la nôtre : la religion des Faibles.
Jean Birnbaum est le directeur du Monde des livres. Il est l’auteur de plusieurs essais, et notamment de Un Silence religieux. La gauche face au djihadisme (2016).

Jean Birnbaum : La Religion des faibles, ce que le djihadisme dit de nous - Seuil - Paru le 20 septembre 2018 - 19 €.

Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication SAS Téo Presse, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris. N° SPEL en cours.