«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 19 mai 2020
  • Mise à jour: 22 mai 2020

La forêt des Carnutes et la mémoire du culte druidique

Moins connue que la mystérieuse forêt bretonne de Brocéliande, la forêt des Carnutes qui s’étendait de la Seine à la Loire, incluant les régions de Chartres et d’Orléans est pourtant le plus haut lieu de la culture celte. Durant l’époque gauloise, elle accueillit chaque année le grand rassemblement annuel des druides. Petite invitation à la découverte du territoire Carnute et des vestiges de ses lieux sacrés druidiques.

« Commandés par un chef unique », ils se réunissent une fois l’an, «  dans un lieu consacré, au pays des Carnutes , et arbitrent les différends entre particuliers ou entre la soixantaine de peuples qui forment cette mosaïque bigarrée qu’est alors la Gaule ». C’est en ces termes que le proconsul Jules César décrit dans sa Guerre des Gaules, le vaste territoire de la forêt des Carnutes, centre de la Gaule et siège du culte druidique. Car là, quelque part dans l’antique forêt profonde, les druides de toute la Gaule Chevelue [1] tenaient un conseil annuel dont on situe aujourd’hui le lieu aux abords de la ville actuelle de Saint-Benoît sur Loire, voire même au centre du village lui-même. À cette époque, la forêt des Carnutes, était sans doute la plus grande forêt de France. Elle s’étirait de la Loire jusqu’à la seine, incluant les régions d’Orléans de Chartres dont le nom est étymologiquement relié aux Carnutes.

"clairière" druidique avec dolmen.

Les historiens pensent que jusqu’à l’époque pré-moyenâgeuse, cette forêt était considérée comme un lieu sacré où l’on pouvait communiquer avec les esprits de la Nature comme d’ailleurs en forêt de Brocéliande, tout autant reconnue dans la culture druidique et celtique. 
Mais de cette vaste forêt, il ne reste, principalement, que la partie de la forêt d’Orléans où l’on peut encore admirer des cromlechs, des mégalithes, des cercles de rite qui sont les nombreux vestiges encore visibles qui témoignent du riche passé d’un peuple : les Carnutes

L’histoire du peuple des Carnutes

Les Carnutes (Carnutae, Carnuti) étaient un puissant peuple de la Gaule centrale. Au moment de la période de la conquête romaine, les Carnutes côtoyaient au nord les Aulerci Eburovices, au nord-est les Parisis, au sud-est les Senones, au Sud les Bituriges Cubi, au sud-ouest les Turoni et à l’Ouest les Aulerci Cenomanni. 

Leur territoire en grande partie couvert de forêts devenue sacrée leur assurait la subsistance et une sécurité naturelle. Autricum en était la capitale. Elle devint au Ve siècle la civitas Carnutum, c’est à dire Chartres. Certains textes font référence à Cenabum (Orléans) qui plus tard devint Aurelianum et à Genabum (Gien). Tite Live fait référence à l’expédition des Carnutes en Italie sous la conduite de Bellovèse sans que cela soit avéré par les historiens.
César, dans sa Guerre des Gaules nous apprend que celui-ci avait alors placé Tasgetios pour le remplacer. Contesté par le peuple, ce dernier fut assassiné et César qui régnait déjà sur la Gaule faisant mine de pardonner, convoqua l’année suivante, une assemblée des cités gauloises où il y fit juger et exécuter le chef de la conjuration des Sénons et des Carnutes, le Sénon Acco.
En 53 avant J.-C., les Carnutes n’envoyèrent pas de députés au consilium que César avait convoqué et quand le proconsul s’y rendit pour briser toute résistance, les Carnutes firent acte de soumission, mais en apparence. En effet, dès l’année suivante, les Carnutes donnèrent le signal de l’insurrection générale en massacrant et en jetant dans la Loire tous les négociants romains propriétaires des comptoirs de Cenabum. Pour venger ce crime, César, après la prise de Vellaunodunum, vint surprendre les Carnutes avant qu’ils ne s’organisent et fit massacrer les habitants qui n’eurent pas le temps de s’enfuir.
En 52 avant J.-C., ce sont 12 000 Carnutes qui combattirent et succombèrent sous le commandement de Vercingétorix à la guerre d’indépendance de la Gaule. Peu de temps après la défaite d’Alésia, les Carnutes attaquèrent les Bituriges Cubi, pour les punir d’avoir trahi mais César, réagit une nouvelle fois en saccageant le territoire des Carnutes et en les soumettant.
Sous le règne de l’Empereur Auguste, ils furent élevés au rang de civitas socia ou faederata, ce qui leur permit de conserver leurs institutions, ne devant à l’empereur que le service militaire et des redevances liés à ce service. La christianisation de la Gaule à l’ère romaine acheva de faire disparaître la tradition orale et les rituels sacrés des Carnutes, comme elle fit disparaître la religion druidique sur l’ensemble de l’ancienne Gaule et l’attachement des hommes au lien sacré avec la nature.

Idée de visite : À Combreux, dans le Loiret, l’Office National des Forêts propose de découvrir le sentier des Carnutes, un sentier sensoriel permettant de renouer le lien inaliénable entre l’homme et la nature. Le point de départ de ce sentier se trouve sur le parking de la base de loisirs de l’étang de la Vallée à 45530 Combreux

[1Expression qui désigne la Gaule non soumise à Rome entre -58 et -51 avant Jésus Christ.

Evénement
La série. « Au nom du père » fait son retour sur Arte avec une remarquable saison 2

Au Danemark, les relations conflictuelles entre un pasteur, père dominateur, et ses deux fils mettent en péril leur foi et leur famille.

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.