«La République c’est le droit de tout homme, quelque soit sa croyance religieuse, à avoir sa part de la souveraineté. »Jean Jaurès

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 18 septembre 2020
  • Mise à jour: 21 septembre 2020

Politique, croyance et tradition en écologie

« La Tradition implique une communion des âmes qui sentent, pensent, se comportent, vivent en fonction d’un même idéal ; La Tradition est la transmission vivante ». Tombé par hasard sur cette citation du philosophe et écrivain Henri Tort-Nouguès, nous l’avons trouvé fort à propos pour illustrer les récentes postures et déclarations tonitruantes de certains élus EELV comme celle du maire de Bordeaux, Pierre Hurmic souhaitant mettre un terme à la tradition de l’arbre de Noël de la place Pey-Berland.
Certes on peut imaginer qu’en raison de ses croyances (opinions) politiques écologiques, cette tradition a pu prendre tout à a coup la signification d’un acte sacrificiel et contre-nature, en tout cas contraire à la conception sacrée du vivant et de la finitude. Il est vrai que celle-ci concerne autant les végétaux que les animaux. Mais on peut en douter et voir plutôt ici la volonté de marquer un territoire idéologique par l’attaque, probablement irréfléchie, ce qui l’excuse encore moins, de l’une des traditions de la culture occidentale, d’un de ses symboles bien vivant.

Dans la culture celte et encore dans ses pratiques actuelles, les arbres, comme le chêne, mais aussi, plus connu des initiés, l’if, largement planté dans les cimetières écossais, irlandais et vikings sont toujours les arbres sacrés que des générations de druides ont fait brûler, comme symbole de lumière au centre des clairières quand ce n’était pour des besoins purement domestiques. Inutile donc de revenir sur les fondements de la tradition du sapin de Noël qui comme beaucoup de rites et coutumes chrétiennes est emprunté à des traditions païennes plus anciennes, pour dire que le sacré est d’abord un temps singulier, un moment d’unanimité et d’humanité. Le sapin de Noël possède ainsi ce caractère sacré de la tradition et du rite, ce moment qui n’a de cesse d’être répété et actualisé pour rester vivant. L’arbre n’est donc pas mort, il participe au contraire de la vie de la cité.
Alors quand le maire de Bordeaux annonce hier encore qu’il ne souhaitait pas demander l’avis des Bordelais, refusant de lancer une consultation sur la question de l’installation de ce sapin de Noël sur la place Pey Berland au moment des fêtes de fin d’année, on est en droit de se poser des questions sur sa propre conception de la cité, sur sa vision de son caractère sacré et quelles traditions y sont attachées, et même si le mot tradition y est encore accepté.

La citation d’Henri Tort-Nouguès a l’intérêt de pointer les deux points cardinaux qui donnent leur trajectoire aux traditions. D’un côté, la persistance immuable (celle de l’âme éternelle) de l’autre la transmission et son mouvement. Un mouvement de l’âme qui s’apparente ici à une agrégation à un rassemblement d’être sensibles, une ville quoi !
Oui. Et alors c’est quoi une ville au sens de la cité ? Il nous semble que ce soit un univers constitué par des rapports égalitaires et réversibles où tous les citoyens se définissent comme identiques les uns par rapport aux autres sur le plan politique et de l’expression de leurs idées. Le mode de l’existence politique se démontre et se vérifie alors dans les conflits au sujet de ce que les hommes dans la cité jugent bon ou juste pour la communauté. On ne parle pas d’élection ici mais de considération et de consultation. Dans nos villes ce n’est donc pas en jugeant tout comme un seul homme que l’on devient les acteurs de la relation proprement civile.

Pour conclure et boucler sur notre introduction, en vertu de l’auteur de la citation, on ne peut imaginer qu’il n’y est pas en arrière plan de son agrégation d’âmes, le mouvement du cycle de la réminiscence platonicienne où les âmes chutent sans connaissance dans le corps vivant des hommes avant d’entamer en une longue re-connaissance des savoirs, la lente remontée d’une vie vers le monde des idées, le Souverain Bien. Cette théorie qui sert tout à la fois à démontrer l’immortalité de l’âme et l’existence de réalités intelligibles n’a rien de brutale. Elle n’induit pas de passage de frontière irréversible comme l’est le mouvement de la conversion mais des étapes successives de compréhension. Il semble qu’après ces quelques semaines de mandats locaux, la réminiscence locale et nationale des idées EELV ait fait chuter quelques élus. La remontée vers le monde des idées intelligibles risque d’être longue et semées d’em-bûches... Ce n’est pas nous qui l’affirmons mais la majorité des français dans le sondage Ifop/lemon.fr paru hier. (Voir notre article)

Evénement
De nouveaux « États généraux de la laïcité »

La ministre déléguée à la Citoyenneté Marlène Schiappa a annoncé hier, dans une interview parue dans le Journal du Dimanche, l’organisation d’« États généraux de la laïcité ». Ils donneront notamment lieu à une « grande consultation » auprès des jeunes avec la participation des associations, des syndicats et de religieux.

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.