«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 22 juillet 2020
  • Mise à jour: 24 juillet 2020

La restauration de la cathédrale Notre-Dame s’expose désormais sur les palissades du chantier

Dans les semaines qui ont suivi l’incendie du 15 avril 2019, tout le périmètre de la cathédrale a été ceint de hautes palissades. Dérobant dans un premier temps le sinistre à la vue des passants, elles sont désormais le lieu de témoignage du travail accompli par la quarantaine d’entreprises qui interviennent pour restaurer la cathédrale de Notre-Dame de Paris. Un hommage leur a été rendu aujourd’hui lors de l’inauguration de l’exposition « Les bâtisseurs d’aujourd’hui : les corps de métiers au cœur du chantier de sécurisation ».

Cela fait déjà plusieurs mois que les passants qui empruntent le trottoir de la rue du Cloitre Notre-Dame peuvent contempler sur les palissades du chantier, les photographies de Patrick Zachmann, de l’agence Magnum Photos. Jusqu’ici, pour ce photographe, il s’agissait principalement de montrer au public l’étendue des dégâts causés par l’incendie et certaines vues sidérantes de l’édifice survivant. L’inauguration de cette après-midi en présence du général d’armée Jean-Louis Georgelin, président de l’établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris et d’Ariel Weil, maire de Paris Centre, a changé la vision du chantier : de minérale elle est devenue humaine ; celle de la compétence et du savoir-faire.
L’exposition Les bâtisseurs d’aujourd’hui : les corps de métiers au cœur du chantier de sécurisation présente ainsi quelques-uns des corps de métiers les plus emblématiques de ce chantier - charpentiers, cordistes, échafaudeurs, grutiers, maîtres verriers, tailleurs de pierre et maçons – mais également les travaux de tri et d’analyse des vestiges menés par les archéologues et les chercheurs, ainsi que les métiers de conduite et de coordination des travaux. À cette occasion, un vibrant hommage leur a également été rendu par le général d’armée Jean- Louis Georgelin : « Le chantier de la cathédrale Notre-Dame de Paris mobilise l’excellence de nos savoir-faire et cette exposition rend hommage à l’ensemble des corps de métiers des quelque 150 compagnons, techniciens et chercheurs qui œuvrent quotidiennement à la finalisation des opérations de sécurisation de la cathédrale et préparent activement sa restauration » a t-il déclaré en invitant ensuite chacun « à venir la découvrir en famille, afin de mieux appréhender la richesse et la diversité de ces métiers ».
Il est vrai que la mobilisation de la quarantaine d’entreprises intervenantes est tout à fait déterminante pour achever, si possible dans le calendrier initialement prévu avant le confinement, les opérations de sécurisation, dont le démontage de l’échafaudage sinistré, le déblaiement des voûtes et la dépose de l’orgue.

Avant la traditionnelle photo de groupe rassemblant les représentants des principaux corps de métier mis à l’honneur, et après avoir, lui aussi, salué les entreprises et tous les partenaires du chantier, le maire de Paris Centre, Ariel Weil, a donné rendez-vous au public présent, en septembre, pour l’inauguration de la Crypte et d’une exposition consacrée à Eugène Viollet-le-Duc et Victor Hugo et à leur relation au chantier actuel de la cathédrale. Il a également rappelé que dans la seconde phase, celle de la restauration proprement dite, un village-exposition des différents savoir-faire développés pour la restauration de l’édifice, verra le jour aux abords immédiat du chantier.

Nota : L’exposition est réalisée grâce au mécénat de compétences et au soutien technique et logistique des équipes de JCDecaux. Le studio Philippe Apeloig en a réalisé le graphisme. Les photographies sont de Patrick Zachmann, de l’agence Magnum Photos.

Evénement
Ouverture aujourd’hui 2 septembre 2020 du procès des attentats de 2015

A la veille de l’ouverture du procès des attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo, l’hebdomadaire satirique a dévoilé la une prévue pour ce mercredi 2 septembre. Comment accueillir cette une, qui acte la republication des caricatures de Mahomet, à l’origine de nombreux scandales en 2005 ? La question est difficile à trancher. D’un côté, le courage du journal est salué, mais d’un autre, on s’interroge sur la portée de cette nouvelle publication qui peut être perçue comme une provocation. Nous espérons en forme d’apaisement que le procès y apportera une troisième réponse, celle d’une condamnation éclairante des raisons de ces actes et juste de ceux qui les ont commis, en mémoire de ceux qui ont perdu la vie lors de ces évènements sans avoir attenté aucunement à celle des autres, ceux qui l’ont perdu pour quoi ? pour çà ...
Olivier Konarzewski

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.