«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

Cet article est en consultation libre

  • Publié le 8 juin 2020
  • Mise à jour: 12 juin 2020

Notre-Dame de Paris : le démontage de l’ancien échafaudage calciné débute ce lundi

Dernière grosse opération pour la mise « hors péril » de l’édifice. le démontage et l’évacuation de l’ancien échafaudage de 40 000 pièces a débuté ce lundi matin.

Cette opération est la dernière et la plus délicate des travaux de sécurisation de la cathédrale. Des cordistes de l’entreprise Jarnias vont commencer à scier une par une les pièces de la structure en partie tordue et soudée par l’incendie. L’enchevêtrement de 40 000 éléments dont certaine pièces sont à plus de 40 mètres de hauteur doit être retiré prudemment pour éviter qu’il ne s’effondre ou ne bascule d’un côté ou de l’autre.

L’opération a débuté les semaines précédentes par le ceinturage de la structure fragilisée afin de la stabiliser. Quelques éléments les plus hauts et les plus instables ont ensuite été retirés. Puis deux échafaudages légers ont été élevés de part et d’autre, sur les bras du transept, au sommet desquels deux poutres munies de rails serviront aux cordistes afin de descendre au milieu du fatras métallique pour le découper pièce par pièce. L’opération du démontage de l’échafaudage qui vient de démarrer devrait se terminer à la fin de l’été.
Parallèlement des équipes ont aussi repris le déblaiement des gravois et débris de poutres calcinées de la charpente qui jonchent toujours le dos des voûtes de la nef. Elles effectuent également des relevés nécessaires au diagnostic complet de la voute qui doit servir cet automne à élaborer le projet et le budget de reconstruction. La réouverture de la cathédrale étant toujours prévu à ce jour, pour le 16 avril 2024.

Evénement
Ouverture aujourd’hui 2 septembre 2020 du procès des attentats de 2015

A la veille de l’ouverture du procès des attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo, l’hebdomadaire satirique a dévoilé la une prévue pour ce mercredi 2 septembre. Comment accueillir cette une, qui acte la republication des caricatures de Mahomet, à l’origine de nombreux scandales en 2005 ? La question est difficile à trancher. D’un côté, le courage du journal est salué, mais d’un autre, on s’interroge sur la portée de cette nouvelle publication qui peut être perçue comme une provocation. Nous espérons en forme d’apaisement que le procès y apportera une troisième réponse, celle d’une condamnation éclairante des raisons de ces actes et juste de ceux qui les ont commis, en mémoire de ceux qui ont perdu la vie lors de ces évènements sans avoir attenté aucunement à celle des autres, ceux qui l’ont perdu pour quoi ? pour çà ...
Olivier Konarzewski

Informations
Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.