«Sur le chantier de ces valeurs toujours neuves, pour ces combats de chaque jour qui se nomment liberté, égalité, fraternité, aucun volontaire n’est de trop.»François Mitterrand

 

  • Publié le 20 mai 2018
  • Mise à jour: 25 mai 2018

Que faire de la modernité ? C’est la question que se pose le judaïsme européen à l’heure des Lumières

Au XVIIIe siècle, l’émancipation des Juifs, l’obtention de la citoyenneté et la pleine égalité de leurs droits avec leurs concitoyens, qu’il s’agit de "réformer », « d’améliorer » ou encore de « régénérer », est d’abord l’affaire des Gentils (les non-Juifs). La France sera d’ailleurs la première à attribuer la pleine égalité de droits aux Juifs par le vote de l’Assemblée constituante en 1791. Mais c’est tout de même aux Juifs qu’il revient de définir les modalités de leur insertion dans cette société dont les fondements juridiques et philosophiques changent rapidement. Ce sera le judaïsme ashkénaze novateur qui s’en chargera.

Au XVIIIe siècle, l’émancipation des Juifs, l’obtention de la citoyenneté et la pleine égalité de leurs droits avec leurs concitoyens, qu’il s’agit de "réformer », « d’améliorer » ou encore de « régénérer », est d’abord l’affaire des Gentils (les non-Juifs). La France sera d’ailleurs la première à attribuer la (...)

Information réservée à nos abonnés

La consultation de cet article est réservée aux personnes ayant un abonnement en cours de validité.

Vous êtes abonné ?

Nous vous invitons à vous identifier à l’aide du formulaire ci-dessus.

Vous n’êtes pas encore abonné ?

Nous sommes à votre disposition pour vous proposer l’abonnement adapté à vos besoins. Contactez-nous !

Opinion
Nos micro-trottoirs

«Quels signes ostensibles ?»

Découvrir

Tout savoir sur Croyances et Villes.

Découvrir


Une publication EXEGESE SAS, 14 rue du Cloître Notre-Dame 75004 Paris.